Connectez-vous S'inscrire
la protection sociale de branche
Evolution Marché

L’ÉDITO | COVID-19 chez les assureurs: moins je m'engage, mieux je me porte ! - 20/03/2020

Disons-le tout de go, on attendait pour une fois plus de bruit de la part des mutuelles, institutions de prévoyance et compagnies d'assurance sur le COVID-19. Ce sont pourtant bien elles les secondes...

AG2R La Mondiale Matmut: déjà le divorce ! - 09/05/2019

Un vrai coup de tonnerre dans le monde souvent feutré de l'assurance a résonné en fin d'après-midi: le Conseil d'administration de la Mondiale annonce suspendre sa participation à l'unification du...

L’ÉDITO | Financement de la Sécurité sociale: quand c'est flou... - 29/04/2019

Si la Santé a émergé comme l'une des préoccupations du Grand Débat, Emmanuel Macron a été peu loquace sur le sujet lors de son intervention jeudi dernier... à moins de chercher à lire entre les...

Mutualisation : la Boulangerie persiste et signe ! - 10/11/2017

Si le lobby des courtiers et assureurs a fait plier de nombreuses branches, il n'en est pas de même de la Boulangerie qui défend toujours vaillamment la mutualisation professionnelle. Et il est vrai...

Quand le PLFSS 2018 saborde les accords de branche des établissements sociaux et médico-sociaux - 26/10/2017

Si la protection sociale complémentaire est préservée parmi les 13 thèmes relevant de la compétence de la branche, l’article 50 du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2018 (PLFSS...

Co-désignation en prévoyance : l’irrésistible RETOUR… par la petite porte ! - 15/11/2016

Non intégré dans le projet initial, d’abord rejeté en Commission des affaires sociales, un amendement au PLFSS 2017 introduisant une possibilité de co-désigner des organismes assureurs en branche...

LE DOC : le courrier sur la mutualisation professionnelle du 16 juin 2016 € - 24/06/2016

Retrouvez le courrier adressé par les confédérations syndicales de salariés à Marisol Touraine pour le retour des clauses de désignation en prévoyance lourde

ZERO pointé pour les complémentaires santé d’entreprises hors recommandation ! - 31/05/2016

Aucun contrat en vigueur ou proposition de contrat ne respectant les obligations conventionnelles mises en œuvre dans le cadre d’une recommandation d’un ou plusieurs organismes assureurs, c’est le...

ETUDE sur les complémentaires santé hors recommandation de mai 2016 € - 30/05/2016

La synthèse de l'étude réalisée au cours du 1er trimestre 2016 intitulée "Les complémentaires santé des entreprises en présence d'une recommandation de la branche professionnelle" se trouve ici en...

Ce qu'il faut retenir du rapport Libault - 09/10/2015

Missionné par la Ministre Marisol Touraine le 10 octobre 2014 pour « offrir un cadre stabilisé et solidaire pour la couverture complémentaire collective et obligatoire », Dominique Libault, ancien...

Merci Pierre ! - 08/09/2015

Tu étais un homme de chiffres, le meilleur actuaire de France sans nul doute. Notre « madame Soleil des mathématiques » comme tu l’as dit.   Là où d’autres enveloppent leurs analyses...

Proposition n°8 : Une règlementation des transferts de provisions et réserves entre assureurs - 28/08/2015

Lors du passage, à l’issue de son réexamen quinquennal, d’une désignation existante à une recommandation, le sort des provisions et réserves constituées jusqu’alors se pose. De même, en cas de...
1 2


S'abonner à la lettre d'information




COVID-19: l'UNSA demande le renouvellement automatique des arrêts pour garde d'enfant et pour les personnes à risque

COVID-19: l'UNSA demande le renouvellement automatique des arrêts pour garde d'enfant et pour les personnes à risque

En cette période de confinement, les arrêts de travail pour garde d'enfant et pour maladies chroniques à risque ont été admis à indemnisation par l'assurance maladie comme au maintien de salaire par l'employeur pour une durée de 21 jours renouvelables (voir le détail dans notre article).

A l'issue de ces 21 premiers jours, l'UNSA dénonce aujourd'hui "certains employeurs [qui] ont la tentation de vouloir placer les salarié·es concerné·es, au-delà de la période de 21 jours, en activité partielle".

Le Syndicat demande donc le renouvellement automatique de ces arrêts de travail jusqu’à la fin du confinement "afin d’éviter toutes difficultés dans le paiement des indemnités journalières".

Rappelons que l'arrêt pour garde d'enfant nécessite une déclaration non pas du salarié mais de l'employeur sur le site de l'assurance maladie Ameli.

Le communiqué de presse de l'UNSA du 2 avril 2020


Suivez nos réseaux sociaux
Twitter
YouTube
LinkedIn