Connectez-vous S'inscrire
la protection sociale de branche

L’ÉDITO | La Prévoyance n'est pas au rendez-vous du COVID-19 !

14/04/2020

Dans quelques jours débute le second mois de confinement. C'est aussi la fin de la première période de maintien de salaire de l'employeur à 90% du brut (soit 100% du net) complétant l'assurance maladie pour les salariés ayant le moins d'ancienneté sauf disposition conventionnelle plus favorable.
C'est donc à la Prévoyance de prendre le relais, me direz-vous ? Pas du tout pour les arrêts dérogatoires : les organismes assureurs se sont visiblement entendus pour ne pas les prendre en charge ! Comme l'a dit Emmanuel Macron hier, là aussi, ils ne sont pas au rendez-vous...




Solidarité bien ordonnée commence par soi-même dit-on. Pourtant, en cette période, on attendait d'autres réflexes de la part des organismes assureurs que de s'accorder, dans une quasi unanimité, à ne pas indemniser les arrêts dérogatoires créés pour soutenir les salariés confinés en cette période de COVID-19.

Il y a une semaine, nous recevions une Foire Aux Questions d'un groupe paritaire destiné à ses commerciaux et courtiers résumant bien la position des organismes assureurs

Voici un extrait de cette FAQ: "COVID 19 une question > une réponse" :
L’arrêt de travail indemnisé par la Sécurité sociale concernant un des parents d’enfants de moins de 16 ans et dont l’établissement d’accueil est fermé et ne pouvant télétravailler est-il pris en charge par la couverture de prévoyance ?
NON

L’arrêt de travail indemnisé par la Sécurité sociale concernant un salarié faisant l’objet d’un confinement individuel et ne pouvant télétravailler est-il pris en charge par la couverture de prévoyance ?
NON

 


Pourquoi ne pas intervenir pour compenser la perte de revenu alors que c'est bien l'objet principal d'une couverture prévoyance ?
 
L'explication est la suivante : "le cas visé ne faisant suite ni à un accident ou une maladie, l’arrêt ne sera donc pas pris en charge au titre de la garantie incapacité de travail".

La justification contractuelle a bon dos puisqu'elle est immédiatement contredite pour les personnes fragiles bénéficiant d’un arrêt de travail non lié, là aussi, à un accident ou une maladie selon les termes même de l'organisme assureur !
L'organisme assureur en question déclare les prendre en charge "en raison de sa politique de prévention et de soutien aux personnes fragiles".

Moi qui croyait que le confinement était une mesure de prévention !
 


La solidarité est affichée, calculée, et à géométrie variable

Les annonces de mobilisation à coup de millions d'euros n'ont pas manqué de la part des organismes assureurs et de leurs fédérations, beaucoup relayées dans ces colonnes, après notre dernier édito "L’ÉDITO | COVID-19 chez les assureurs: moins je m'engage, mieux je me porte !".
En revanche, rien sur la volte-face, à l'évidence concertée, sur les arrêts dérogatoires alors que des assureurs promettaient leur intervention en début de crise !
 
Quel est le coût économisé grâce à cette position de Marché ?
Et que représente, à cette aune, l'engagement financier de leurs actions de solidarité, y compris dans des domaines de communication gouvernementale éloignés de leur cœur de métier ?

Les réponses viendront mais le résultat pour l'heure, c'est qu'un salarié confiné an arrêt de travail dérogatoire ne sera indemnisé par la Prévoyance qu'au bon vouloir de certaines actions de solidarité de certains organismes assureurs dans certaines situations...
Oui, une nouvelle fois, ils ne sont pas collectivement au rendez-vous !
 



Nouveau commentaire :


S'abonner à la lettre d'information




Suivez nos réseaux sociaux
Twitter
YouTube
LinkedIn

CFDT et FO réclament la reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés

CFDT et FO réclament la reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés

Si le Ministre Olivier Véran a déclaré le 22 avril que le personnel soignant devait avoir une reconnaissance automatique de leur contamination par le coronavirus comme maladie professionnelle, les deux organisations syndicales de salariés la réclament pour tous les salariés touchés.

En l'absence du COVID-19 au sein du tableau des maladies professionnelles reconnues par la sécurité sociale, la secrétaire nationale de la CFDT Catherine Pinchaud demande "un dispositif exceptionnel pour l’indemnisation des personnes contaminées par le coronavirus en travaillant ou lors de leur trajet pour se rendre sur leur lieu de travail"

Pour FO comme la CFDT, se joue une question de justice et d'égalité de traitement entre salariés du public et du privé pour le bénéfice d'une meilleure indemnisation.

Le communiqué de la CFDT du 23 avril 2020
La déclaration de la commission exécutive confédérale FO du 20 avril 2020