la protection sociale de branche
la protection s
L'actu Santé et Prévoyance décryptée pour les partenaires sociaux






la protection sociale de branche

YouTube
Twitter
LinkedIn
Mobile
Rss
Skype



Complémentaire santé de l'Animation: cette fois, c'est signé !  23/06/2015

Complémentaire santé de l'Animation: cette fois, c'est signé !

Après des mois d’atermoiements, les négociations ont enfin abouti dans l'Animation par la création d'une complémentaire santé de branche.
 
La CMP extraordinaire du 7 mai a été très fructueuse : avenants salaire, formation professionnelle, prévoyance et… santé !

Elle a donc permis la signature d’un accord le 19 mai entre le CNEA, syndicat employeur de la branche, et les organisations syndicales de salariés CFDT, CFTC, FO et UNSA instaurant un titre XI à la convention collective intitulé « Complémentaire Santé ».
 
Cet accord instaure, au 1er janvier 2016, un régime de base correspondant au panier de soins minimum prévu par la Loi avec une prise en charge améliorée pour les seules consultations de spécialistes (40% de dépassements pour les médecins adhérents au contrat d’accès aux soins et 20% pour les autres) et le dentaire (prothèses dentaires, orthodontie jusqu’à 100% de dépassements au lieu de 25% dans la Loi).

Il recommande plusieurs organismes assureurs : Humanis Prévoyance, Mutex (groupement de coassurance mutualiste composé des mutuelles Chorum, Apreva, Adrea, Eovi Mcd, Harmonie et Ociane) et l’union de groupe mutualiste Umanens - La Mutuelle Familiale.
 
Cofinancé à 50/50 par le salarié et l’employeur, le régime couvre le salarié seul à titre obligatoire pour un coût de 0,94% du PMSS (Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale équivalent à 3 170 euros pour 2014) soit 29,80 € en valeur 2014.
Le salarié peut étendre le bénéfice de sa couverture à ses ayants-droits : 22 € par enfant (gratuité à partir du 3ème) et 34,24 € pour son conjoint (quid du concubin ou pacsé ?) à sa charge exclusive.
 
Deux régimes optionnels permettent d'améliorer la couverture:
  • soit pour l’entreprise qui le souhaiterait à titre obligatoire ;
  • soit pour le salarié à titre facultatif.

Les actions du fond de solidarité financées par 2% des cotisations du régime ne sont pas encore définies. Cependant il est précisé que les entreprises en dehors de la recommandation devront mettre en œuvre les actions sociales déterminées par les partenaires sociaux.

   
Retrouvez ci-dessous l’avenant du 19 mai 2015 instituant la complémentaire santé de l’Animation :
 

Encore un bug pour la Santé du médico-technique !  22/05/2015

Encore un bug pour la Santé du médico-technique !

Lancée en janvier, la mise en concurrence portant sur le réexamen du régime existant en Prévoyance (assuré par Malakoff Médéric et l’Ocirp) et la création d’une complémentaire Santé avait créé la surprise avec une annulation quelques jours à peine avant son échéance.
 
Le nouvel appel d’offres lancé fin mars, cette fois limité à une recommandation Santé (NDLR : la période de désignation quinquennale en prévoyance s’est achevée le 1er mars), est bien arrivé à son terme le vendredi 15 mai à 12h00… mais n’a pas respecté le délai fixé par le décret du 8 janvier dernier !!!
 
L’article D. 912-3 du code de la Sécurité sociale oblige à insérer un avis d’appel à la concurrence dans une publication à diffusion nationale habilitée à recevoir des annonces légales et dans une publication spécialisée dans le secteur des assurances.
A ce propos, il faut noter que les plateformes Internet sont des sites de diffusion de consultations qui ne répondent évidemment pas des exigences de la règlementation.

Or l’avis du médico-technique n’est paru que le 26 mars 2015 au Journal Officiel de l’Union Européenne et dans l’édition papier du 3 avril de l’Argus de l’assurance, soit respectivement 50 et 42 jours avant le 15 mai alors que le délai de dépôt des candidatures ne peut être inférieur à… 52 jours !
 
Tandis que certains pourraient changer de métier après cette grosse boulette, cet épisode susciterait des vocations pour le 3ème appel d’offres de la branche.
En effet, une rumeur (à prendre avec des pincettes) reste à confirmer : des élèves de Maternelle sachant compter jusqu’à 52 (sic) envisageraient de se mettre à leur compte et de se porter candidat pour conseiller les partenaires sociaux…

L'avis paru au Journal Officiel de l'Union Européenne le 26 mars 2015
 

Désignation : FO sort l’artillerie lourde !  07/05/2015


Après la leçon de droit reçue de la part de la chambre sociale de la Cour de cassation dans ses arrêts du 11 février dernier (comme par exemple l’arrêt AG2R / Pain d’or) limitant la portée de sa décision, le Conseil constitutionnel se voit maintenant contesté sur le fond de sa censure des clauses de désignation.

Force Ouvrière, après avoir annoncé début avril la contestation du décret sur la procédure de mise en concurrence des recommandations, saisit le Comité Européen des Droits Sociaux « sur la base de la convention 98 de l’OIT et de la Charte Sociale Européenne ».

Rappelons que la convention de l’Organisation Internationale du Travail sur le droit d’organisation et de négociation collective du 1er juillet 1949  promeut le « développement de la négociation volontaire de conventions collectives entre les employeurs et les organisations d’employeurs d’une part, et les travailleurs d’autre part, en vue de régler par ce moyen les conditions d’emploi ».
La Charte Sociale Européenne énonce elle que « Tous les travailleurs et employeurs ont le droit de négocier collectivement. ».
 
A l'évidence, le Conseil constitutionnel aurait dû confronter le droit à la négociation collective, principe constitutionnel lui aussi, aux principes de liberté d'entreprendre et de liberté contractuelle mis en avant dans sa décision du 13 juin 2013 !
 
S’il n’en a rien été, il ouvre aujourd’hui la voie à la contestation de sa censure aux fondements juridiques des plus fragiles.
FO dénonce ainsi « la disparition de l’outil de mutualisation que représentait la clause de désignation [qui] entraine une régression dans la négociation de la couverture complémentaire en général des salariés des entreprises ».

Le communiqué de Force Ouvrière du 28 avril 2014

 
Désignation : FO sort l’artillerie lourde !

Mise en concurrence des organismes assureurs : à quand l'arrêté ?  17/04/2015

Mise en concurrence des organismes assureurs : à quand l'arrêté ?

Le décret du 8 janvier 2015 définissant la procédure de mise en concurrence nécessaire pour recommander un organisme assureur de branche (pris en application de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale publiée fin… 2013) a été attendu pendant plus d’1 an.
S’il a retardé nombre de mises en concurrence voire empêché des recommandations, l’arrêté auquel il fait référence va-t-il connaître le même sort et bloquer les extensions des régimes de branche ?
 
En effet, il doit préciser : « … les pièces afférentes à la procédure de mise en concurrence »  à adjoindre à la demande d’extension de l’accord collectif Santé ou Prévoyance.
Les échos provenant de la Direction de la Sécurité Sociale iraient dans le sens d’un « contrôle » très formel et non sur le fond des choix paritaires.
 
A l’heure où les appels d’offres lancés en janvier livrent leur verdict, les 1ers accords collectifs seront prêts d’ici juin (à charge pour les CPN de garder bien précieusement tous les éléments de la procédure).
L’arrêté doit l’être aussi… sous réserve, bien sûr, que le décret, lui-même, soit validé par le Conseil d’Etat.

Car Force Ouvrière a annoncé début avril un recours, déposé dans les prochains jours, pour excès de pouvoir estimant notamment « artificiel voire hypocrite de "légiférer" sur des conflits d’intérêt attachés aux personnes physiques, parties prenantes des négociations » alors même qu’ils agissent au nom d’une organisation salarié ou employeur.
 

L’annonce du 4 avril par Force Ouvrière d’un recours pour excès de pouvoir
 

Animation : des recommandés en Santé... sans garanties !  13/04/2015

Animation : des recommandés en Santé... sans garanties !

Décidément, la complémentaire Santé a du mal à prendre son envol dans la CCN Animation, forte de 140 000 salariés.

La réunion du 23 mars 2014 devait faire avancer le choix du panier de soins minimal conventionnel.

Mais l'aboutissement des négociations salariales sur la valeur du point devient, pour les organisations syndicales, une "condition incontournable de la signature des autres textes" dont la Santé d'après le CNEA, organisation employeur de la branche.

Ce nouvel épisode succède à des discussions tendues avec un communiqué intersyndical en février dénonçant "la politique lowcost de [l'] organisation patronale en matière de complémentaire Santé".
Alors que l'organisation employeur défend un panier calé sur le minima de l'ANI, du côté organisations syndicales de salariés, on souhaite faire mieux avec des garanties dites de "base 2".

Et pourtant, la mise en concurrence a déjà rendu son verdict avec le choix de trois organismes assureurs qui rongent leur frein : Humanis et Mutex (NDLR: tous deux assureurs du régime de prévoyance) et un nouvel entrant sur les branches, la Mutuelle Familiale (Groupe Umanens).

Le CNEA conseille, avant de se rapprocher des 3 opérateurs, d'attendre que le régime soit fixé... ce sera peut-être (ou pas) le cas lors du prochain rendez-vous paritaire du 7 mai !

L'actualité Santé du CNEA du 2 avril 2015
Le point de mars 2015 en page 2 sur les négos Santé par le SNAPAC CFDT
 

Cordonnerie : la branche consolide la prévoyance et discute de la Santé  24/02/2015

Les cordonniers bientôt très bien chaussés en protection sociale ?

En cette année 2015, les partenaires sociaux de la branche Cordonnerie multiservices sont sur tous les fronts de la protection sociale !

En Prévoyance, ils ont négocié avec leur organisme assureur en prévoyance, Malakoff Médéric, une augmentation des cotisations de 5% dont 60% à la charge des employeurs et 40% à la charge des salariés.
Le but : « équilibrer financièrement le régime » comme l’explique l’un des deux syndicats employeur, le SRIC (Syndicat des Réparateurs Industriels de la Chaussure) ce d’autant que la portabilité des droits sera améliorée suite à l'ANI en juillet prochain.
 
En Santé, les négociations se poursuivent avec le choix d’un conseil pour les accompagner dans l’établissement des garanties et le pilotage de l’appel d’offres.
Le SRIC rappellent que « toutes les entreprises auront l’obligation de prévoir des garanties de ce type pour leurs salariés à compter du 1er janvier 2016 »...
 
L’actu SRIC du 16 janvier sur l’augmentation des cotisations prévoyance
L’actu SRIC du 2 février sur la mutuelle pour tous

 
 

1 2 3 4