Connectez-vous S'inscrire
la protection sociale de branche

Animation : des recommandés en Santé... sans garanties !  13/04/2015

Animation : des recommandés en Santé... sans garanties !

Décidément, la complémentaire Santé a du mal à prendre son envol dans la CCN Animation, forte de 140 000 salariés.

La réunion du 23 mars 2014 devait faire avancer le choix du panier de soins minimal conventionnel.

Mais l'aboutissement des négociations salariales sur la valeur du point devient, pour les organisations syndicales, une "condition incontournable de la signature des autres textes" dont la Santé d'après le CNEA, organisation employeur de la branche.

Ce nouvel épisode succède à des discussions tendues avec un communiqué intersyndical en février dénonçant "la politique lowcost de [l'] organisation patronale en matière de complémentaire Santé".
Alors que l'organisation employeur défend un panier calé sur le minima de l'ANI, du côté organisations syndicales de salariés, on souhaite faire mieux avec des garanties dites de "base 2".

Et pourtant, la mise en concurrence a déjà rendu son verdict avec le choix de trois organismes assureurs qui rongent leur frein : Humanis et Mutex (NDLR: tous deux assureurs du régime de prévoyance) et un nouvel entrant sur les branches, la Mutuelle Familiale (Groupe Umanens).

Le CNEA conseille, avant de se rapprocher des 3 opérateurs, d'attendre que le régime soit fixé... ce sera peut-être (ou pas) le cas lors du prochain rendez-vous paritaire du 7 mai !

L'actualité Santé du CNEA du 2 avril 2015
Le point de mars 2015 en page 2 sur les négos Santé par le SNAPAC CFDT
 




S'abonner à la lettre d'information




Suivez nos réseaux sociaux
Twitter
YouTube
LinkedIn

CFDT et FO réclament la reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés

CFDT et FO réclament la reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés

Si le Ministre Olivier Véran a déclaré le 22 avril que le personnel soignant devait avoir une reconnaissance automatique de leur contamination par le coronavirus comme maladie professionnelle, les deux organisations syndicales de salariés la réclament pour tous les salariés touchés.

En l'absence du COVID-19 au sein du tableau des maladies professionnelles reconnues par la sécurité sociale, la secrétaire nationale de la CFDT Catherine Pinchaud demande "un dispositif exceptionnel pour l’indemnisation des personnes contaminées par le coronavirus en travaillant ou lors de leur trajet pour se rendre sur leur lieu de travail"

Pour FO comme la CFDT, se joue une question de justice et d'égalité de traitement entre salariés du public et du privé pour le bénéfice d'une meilleure indemnisation.

Le communiqué de la CFDT du 23 avril 2020
La déclaration de la commission exécutive confédérale FO du 20 avril 2020