Connectez-vous S'inscrire
la protection sociale de branche

COVID-19: 50 millions d'euros engagés par la CNP pour indemniser les arrêts pour garde d'enfant et personnes fragiles !  30/04/2020

COVID-19: 50 millions d'euros engagés par la CNP pour indemniser les arrêts pour garde d'enfant et personnes fragiles !

Si la Fédération Française de l'Assurance assurait que la charge était trop lourde pour prendre en charge les arrêts pour garde d'enfant, CNP Assurances vient de la démentir dans le sillage que quelques autres organismes assureurs.

En effet, malgré la position de place entre fédérations, la compagnie d'assurances qui réassure nombre d'acteurs annonce mobiliser une enveloppe de 50 millions d'euros en prévoyance collective pour étendre sa prise en charge des indemnités journalières aux arrêts de travail pour garde d’enfants ou pour les personnes fragiles jusqu'au 30 avril 2020.

Son directeur général, Antoine Lissowski, a déclaré: « Même si nos contrats de prévoyance ne couvraient pas ce type d’arrêt de travail, nous avons décidé de faire l’effort de soutenir les entreprises en contribuant à la prise en charge les indemnités journalières de leurs salariés contraints de garder leurs enfants".
 




S'abonner à la lettre d'information




Suivez nos réseaux sociaux
Twitter
YouTube
LinkedIn

CFDT et FO réclament la reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés

CFDT et FO réclament la reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés

Si le Ministre Olivier Véran a déclaré le 22 avril que le personnel soignant devait avoir une reconnaissance automatique de leur contamination par le coronavirus comme maladie professionnelle, les deux organisations syndicales de salariés la réclament pour tous les salariés touchés.

En l'absence du COVID-19 au sein du tableau des maladies professionnelles reconnues par la sécurité sociale, la secrétaire nationale de la CFDT Catherine Pinchaud demande "un dispositif exceptionnel pour l’indemnisation des personnes contaminées par le coronavirus en travaillant ou lors de leur trajet pour se rendre sur leur lieu de travail"

Pour FO comme la CFDT, se joue une question de justice et d'égalité de traitement entre salariés du public et du privé pour le bénéfice d'une meilleure indemnisation.

Le communiqué de la CFDT du 23 avril 2020
La déclaration de la commission exécutive confédérale FO du 20 avril 2020