Connectez-vous S'inscrire
la protection sociale de branche

Circulaire Acoss: quels apports ?  07/09/2015

Circulaire Acoss: quels apports ?

Parue le 12 août 2015, la lettre circulaire de l’Agence Centrale des Organismes de Sécurité Sociale (Acoss) porte sur le caractère collectif et obligatoire d’une couverture complémentaire. Elle précise sur certains points le décret du 8 juillet 2014 dans l’application des règles d’exonérations des cotisations sociales de la participation employeur.
 

Pour les salariés multi-employeurs, le partage de la contribution nécessite toujours un accord entre employeurs mais, pour l’Acoss, plus besoin de l’inscrire formellement dans l’acte juridique d’institution du régime (ce qu’exigeait au contraire la précédente lettre Acoss du 2 février 2014).
Autant dire que la problématique des multi-employeurs notamment en branche est loin d’être résolue avec de telles règles !
 
Pour l’ancienneté, il aura donc fallu attendre août 2015 pour avoir confirmation de la contradiction évidente entre l’article 1 de la Loi de sécurisation de l’emploi de 2013 qui impose une couverture santé de tous les salariés à compter du 1er janvier 2016 et les dispositions du Code de la sécurité sociale permettant aujourd’hui des clauses d’ancienneté différant l’accès aux garanties des salariés.
A la date du 1er janvier, « aucun salarié ne pourra être exclu d’une couverture santé au titre d’une clause d’ancienneté d’un contrat ».
Ceux qui espéraient passer entre les gouttes ont 4 mois pour mettre leur couverture au sec.
 
S’agissant de la part de cotisation correspondant au minimum de 2% des cotisations à consacrer à la solidarité, son traitement social n’a pas été traité jusqu’à ce jour. La logique voudrait qu’elle soit assimilée à la cotisation Santé ou Prévoyance et non assujettie aux cotisations sociales.
La circulaire évoque la seule mise en œuvre de cette solidarité au travers des droits non contributifs (financement partiel ou total de la cotisation de certains salariés ou anciens salariés): elle ne remet pas en cause les exonérations de cotisations sociales.
 
Enfin, parmi les catégories spécifiques de salariés définies par une CCN, un ANI ou un accord de branche pouvant justifier la mise en œuvre d’une complémentaire spécifique, la circulaire inclut notamment les « intérimaires/permanents, intermittents, pigistes, travailleurs à domicile, VRP et salariés détachés à l’étranger ».

 




S'abonner à la lettre d'information




Suivez nos réseaux sociaux
Twitter
YouTube
LinkedIn

CFDT et FO réclament la reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés


Si le Ministre Olivier Véran a déclaré le 22 avril que le personnel soignant devait avoir une reconnaissance automatique de leur contamination par le coronavirus comme maladie professionnelle, les deux organisations syndicales de salariés la réclament pour tous les salariés touchés.

En l'absence du COVID-19 au sein du tableau des maladies professionnelles reconnues par la sécurité sociale, la secrétaire nationale de la CFDT Catherine Pinchaud demande "un dispositif exceptionnel pour l’indemnisation des personnes contaminées par le coronavirus en travaillant ou lors de leur trajet pour se rendre sur leur lieu de travail"

Pour FO comme la CFDT, se joue une question de justice et d'égalité de traitement entre salariés du public et du privé pour le bénéfice d'une meilleure indemnisation.

Le communiqué de la CFDT du 23 avril 2020
La déclaration de la commission exécutive confédérale FO du 20 avril 2020