Connectez-vous S'inscrire
la protection sociale de branche

La CFE-CCG signe l'ANI sur l'encadrement qui pérennise le 1,5% prévoyance des cadres  23/04/2020

La CFE-CCG signe l'ANI sur l'encadrement qui pérennise le 1,5% prévoyance des cadres

Après la CFDT, la CFTC et FO, la CFE-CGC est la 4ème organisation syndicale à signer l'accord national interprofessionnel (ANI) sur l'encadrement.
Si le projet d'accord aura attendu 2 ans pour aboutir, il recueille l'assentiment de la confédération générale des cadres. Son comité directeur a approuvé l'accord estimant qu'il "constitue une bonne base de discussion pour que ces moyens soient déclinés dans des conventions collectives ou dans des accords et pratiques d’entreprise."

Surtout, l'accord proposé le 28 février dernier à la signature pérennise l'existant et en particulier l'obligation pour chaque employeur de cotisation à hauteur de 1,5% de la tranche A des salaires des cadres pour une couverture prévoyance.
Son préambule stipule que "les accords nationaux interprofessionnels du 17 novembre 2017 relatif à la prévoyance des cadres et du 12 juillet 2011 relatif à l’Association pour l’emploi des cadres demeurent en vigueur : le présent texte ne remet pas en cause leur application.

Pour la CFE-CGC, cet aboutissement "concrétise l’engagement pris par la délégation employeurs en 2015 dans l’ANI actant la fin de de la convention AGIRC le 31 décembre 2018 et restaure une confiance indispensable entre les partenaires signataires d’accords passés et dans la parole donnée."

Le communiqué de la CFE-CGC du 20 avril 2020




S'abonner à la lettre d'information




Suivez nos réseaux sociaux
Twitter
YouTube
LinkedIn

CFDT et FO réclament la reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés

CFDT et FO réclament la reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés

Si le Ministre Olivier Véran a déclaré le 22 avril que le personnel soignant devait avoir une reconnaissance automatique de leur contamination par le coronavirus comme maladie professionnelle, les deux organisations syndicales de salariés la réclament pour tous les salariés touchés.

En l'absence du COVID-19 au sein du tableau des maladies professionnelles reconnues par la sécurité sociale, la secrétaire nationale de la CFDT Catherine Pinchaud demande "un dispositif exceptionnel pour l’indemnisation des personnes contaminées par le coronavirus en travaillant ou lors de leur trajet pour se rendre sur leur lieu de travail"

Pour FO comme la CFDT, se joue une question de justice et d'égalité de traitement entre salariés du public et du privé pour le bénéfice d'une meilleure indemnisation.

Le communiqué de la CFDT du 23 avril 2020
La déclaration de la commission exécutive confédérale FO du 20 avril 2020